Environnement


La plupart des toiles suivantes ont été réalisées dans les années soixante et soixante-dix, à une époque où il n’y avait pas encore de prise de conscience réelle sur cette problématique.  La scène artistique vivait dans l’informel à cette époque et ses acteurs se délectaient de la Culture-Pop consumériste en célébrant d’happy happenings.

Montrer les originaux des 11 reproductions suivantes au cours d’une exposition – cela pouvait et devait se faire !!  Toutes ces toiles sont disponibles.

Tip:  En cliquant sur le bouton gauche de votre souris, vous pourrez accéder à des agrandissements. Vous pouvez aussi agrandir / réduire votre écran en appuyant sur la touche F11 de votre clavier.
 

 
Signes de fumée
(1968) 60 x 50 cm*

Cette toile évoque l’empoisonnement de l’air que nous respirons.  La représentation drastique de la pollution et de l’empoisonnement se veut effroyable.

Cette toile fut présentée en 1972 lors de l’inauguration d’une exposition qu’un grand groupe chimique devait sponsoriser.  Malheureusement, le directeur de l’entreprise, alors présent, vit dans cette toile des "Signes de fumée" un affront envers son usine et annula immédiatement sa participation financière  – 
à la grande déception de la directrice du musée.

 

 

Aujourd’hui, 2009, il serait pratiquement impossible de réaliser une représentation excessive de la catastrophe climatique croissante et de la destruction  de notre environnement.  Mais si l’on tient compte que Siegbert Hahn a intégré dans ses œuvres cette thématique environnementale il y a 30/40 ans, cela semble aujourd’hui aussi visionnaire que prophétique.  Ainsi, ces toiles ont une signification particulière.  A l’époque on l’insultait et on lui riait au nez. Ce n’est qu’en 1980 que naquit le parti des verts "Die Grünen".
  

A l'heure avancée
(1966) 80 x 100 cm*

Une fabrique chimique souterraine avec des agrégats qui portent des caractéristiques faciales humaines révèlent une 'vie popre' autonome.  Pourquoi est-ce qu'on a caché cette installation ?  Est-elle dangereuse ou sécrète ?  Les matières fissiles et radioactives peuvent être produites dans un tel surrégénérateur.

 

Espace resserré
(1968) 100 x 80 cm*

La toile montre les infrastructures industrielles se sont dévéloppées et ons détruit des lieux jusque-là préservés. Elle symbolise l’endommagement et l’anéantissement de la vie.

Cette image montre l'agressivité dont les installations industrielles vont s'evader et détruire les espaces protégés:  symbole de l'exploitation abusive et de la destruction des biotopes.

 
La maison grise
(1968) 60 x 50 cm

Telle l’arche de Noé, la flore s’est retirée dans une maison protégée pour se préserver.

Ou est-ce l’inverse:  Poussant en ce lieu concentré, elle attend de pouvoir se déployer.

Chaque représentation est subjective.  Il n’y a aucune objectivité dans la peinture.






 
 

Après la tempête
(1976) 80 x 100 cm*

La tempête n'a que laissé un seul arbre sévèrement démoli.  La tempête a arraché tous les arbres, à l’exception d’un seul.

Les nuages sombres de l’orage passent leur chemin. Une image de l’après catastrophe. À l’instar du passage da tempête "Kyrill" au début de l’année 2007.

 
Grand tourbillon
(1972) 100 x 80 cm*

Les mouvements circulaires sont des éléments de la Nature, en micro- comme en macrocosme:

Des plus petites particules d’atomes aux plus grandes galaxies.

Dans la mer et dans l’air naissent des remous qui peuvent prendre une taille gigantesque.

Les remous de la Nature sont à la fois fertiles et mortels.

  
 
L'oiseau lamentant
(1979) 60 x 50 cm

Dans un paysage de destruction, il a trouvé un refuge avec l’espoir de la survie et d’un avenir meilleur. Son œuf est sourd : y a-t-il de l’espoir ?

Ici, l’œuf, doublé, symbolise les perspectives futures.




 
 
Cri muet
(1978) 80 x 100 cm*

Une violence menaçante a fait s’évaporer l’eau des océans et anéantit l’espace vital du poisson.  Il finit au fonds de la mer.  Il voudrait crier sa douleur, mais n’a pas de voix.  Il crie pourtant, muet.  Malheureusement, nous, les hommes  nous ne savons pas entendre ce que le poisson crie:  la pollution par l’empoisonnement des éléments, la sur pêche, les pétroliers, les dégazages sauvages, le versement des ordures et des déchets
 
 

Fabrique de poissons
(1968) 40 x 50 cm*

Le poisson est devenu le butin excessive de l'homme. Sa seule raison d'être:  son exploitation industrielle.

La sur pêche peut être le danger.


 

 

Le fruit de la terre
(1982) 60 x 60 cm

Ce 'fruit de globe' est le symbole de notre Terre. Il porte la vie en lui.  Nous avons besoin de la Terre car il n’y a rien d’autre.  Autour de nous le froid et le vide cosmique.

Le lac et l’arbre représentent la grande valeur de la vie, justement parce que le péril et la fin sont possibles.


 

 
Perte de la couleur
(1984) 100 x 80 cm*

Tout ce qui est coloré s’enfuit de la ville et de la campagne, et se répand en gouttes colorées tombant dans le Néant.

Il a dû se passer quelque chose de terrible, peut-être un immense incendie.

Après l’éclair des bombes atomiques, Hiroshima et Nagasaki ne furent plus que désert de néant, de cendres grisâtres